samedi 12 mai 2007

Le Prix Nobel de la paix reçu à Caracas

Photo : Seb pour NOTISUR


Ce vendredi, le président Chávez recevait au Palais présidentiel de Miraflores l'économiste bangladais et Prix Nobel de la paix 2006, Muhammad Yunus. Celui-ci s'est vu remettre l'Ordre du Libérateur, la plus haute décoration honorifique du Venezuela. Après s'être réuni dans la matinée avec le leader bolivarien, Yunus a déclaré avoir découvert "de nombreuses similitudes de pensée" entre les deux hommes. Le président vénézuélien a quant à lui réaffirmé son intention de ne pas toucher à la propriété privée, "je suis ici depuis huit ans, je l'aurais déjà fait" a-t-il rappelé.

Caracas, 12 mai (NOTISUR) - "Nous avons eu un bonne discussion et nous avons découvert de nombreuses similitudes dans notre façon de penser. Cela nous uni car nous croyons en une chose commune, créer un monde libéré de la pauvreté" a commenté le Prix Nobel de la paix 2006, Mohammad Yunus, après s'être réuni avec le président.

Dans son intervention, après avoir reçu l'Ordre du Libérateur des mains du mandataire vénézuélien, l'économiste bangladais a affirmé que "le président Chávez est aujourd'hui le leader dans le monde qui nous incite a prendre cette mission au sérieux. Je l'en félicite et exprime ici le remerciement, de la part des pauvres du Bangladesh, au peuple vénézuélien et particulièrement aux pauvres du Venezuela, pour que nous puissions nous donner la main et créer un monde complètement neuf."

Il a signalé durant son discours avoir "invité le président Chávez à venir nous rendre visite au Bangladesh, nous l'y attendons afin de faire passer nos idées à un niveau supérieur. Il est venu chez nous il y a de cela sept ans, pour découvrir ce que nous faisions. Avec l'intention de voir si cela fonctionnait et comment il pourrait le mettre en pratique au Venezuela. J'ai été surpris de la vitesse avec laquelle il l'a fait ici."

Combien a changé le monde

Muhammad Yunus est également auteur du livre "Vers un monde sans pauvreté", écrit en 1997. "Combien a changé le monde depuis que ce livre est arrivé entre nos mains. Et ce n'est pas tellement ce qui a changé, sinon combien de nouveaux horizons sont apparus. Parce que ce qui a commencé à changer est à peine le prélude des grands changements mondiaux qui, pour le bien de l'humanité, j'en suis sûr, arriveront dans les prochaines années" a quant à lui affirmé le président Chávez.

Le "Comandante" a qualifié la visite du Prix Nobel de la Paix de "très opportune, particulièrement en ce moment car nous sommes en train d'élaborer un ensemble de lois sur la propriété sociale, la production sociale, la distribution sociale. Ceci afin de transiter vers le socialisme, notre socialisme."


Photo : Seb pour NOTISUR

Malgré cette "transition vers le socialisme", il a de nouveau rép nété qu'ile toucherait pas à la propriété privée. "Je suis ici depuis huit ans, je l'aurais déjà fait" a-t-il rappelé. Chávez a annoncé travailler à l'élaboration d'une loi sur cette matière, via la loi "habilitante". "Nous avons commencé à transformer les entreprises capitalistes de l'Etat en entreprises sociales, afin qu'elles deviennent un instrument pour la construction du socialisme. Mais cela doit bien entendu être repris dans une loi qui établisse un cadre légal, des normes générales et par la suite les particularités."

Il a expliqué s'orienter actuellement dans "trois directions stratégiques". Celle définie ci-dessus étant la première, "transformation des entreprises capitalistes en entreprises sociales qui pourront être de propriété sociale, de production sociale ou de distribution sociale, pour la consommation et la satisfaction des besoins de la communauté."

La seconde voie stratégique sera celle des entreprises "de propriété privée collective, comme les coopératives par exemple. Les coopératives devront transiter vers la conformation d'entreprises de production sociale. Elle ne seront pas de propriété sociale mais bien de production sociale, car elle contribuent à satisfaire les besoins des communautés qui les entourent."


Photo : Seb pour NOTISUR

Et finalement, un troisième axe, celui du secteur privé. Le président Chávez a affirmé que de bonnes avancées ont été réalisées grâce au programme Fábrica Adentro, que dirige le gouvernement par l'intermédiaire de sa ministre de l'Industrie légère et Commerce, María Cristina Iglesia. "Des entreprises ont accepté la cogestion entre les patrons et les travailleurs. Et elles transitent dans ce sens. Elles vont se convertir en entreprises qui continueront d'être privées mais qui vont évoluer vers un modèle de production qui ne contribue pas seulement aux bénéfices de leurs propriétaires, mais également aux nécessités les plus ressenties de la communauté. Et surtout de la communauté proche du site où fonctionne l'entreprise. Plus l'entreprise sera grande, plus son pouvoir sera grand pour influer dans le combat contre la misère, dans le combat contre la pauvreté."

Dernièrement une association des "entrepreneurs socialistes" a vu le jour dans le pays. Jusqu'à quel point ces entrepreneurs seront-ils prêts à réduire leurs profits pour le bien de communauté? C'est là toute la question...

3 commentaires:

Antoine a dit…

Et ben ça fait plaisir de voir Chavez s'acoquiner avec quelqu'un comme Yunus... Ca change des Loukachenko et autres Ahmadinejab!
Jolies photos au passage.

Anonyme a dit…

on peut aider la fondation Grameen en cliquant une fois par jour sur le bouton qui est tout à droite sur cette page (ça finance une journée de prêt d’un montant de 100 dollars) :
http://ripple.org/

Anonyme a dit…

Mouais... Et si on édulcorait... A lire donc ci-dessous!
Prix Nobel de la paix... Microcrédit, maxibusiness ?

http://www.solidarites.ch/index.php?action=6&id=2716&rubr=99



Creative Commons License

Les visuels et textes publiés sur ce blog sont sous
licence creative commons

Si vous souhaitez utiliser l'un de ces éléments, merci de me contacter